sample image

Musée Paccard

Musée de la Cloche

MUSÉE DE XXXX

This is title of the news

Anne Paccard, Musée de la Cloche, SevrierAnne PACCARD, Gérante du musée,passionnée par son métier,vous fera découvrir toute la maitrise nécessaire à la réalisation de ces instruments musicaux que sont les cloches.
Emplie du désir de partager ses riches connaissances en la matière,le temps de la découverte du musée vous apportera le témoignage de plusieurs générations de Maitres Fondeurs pour arriver à la perfection d' un art séculier.

L'Histoire

Exposition de cloches anciennes, Musée PaccardLorsqu'en 1796 le village de Quintal se retrouva sans curé, à la demande pressante des gens de la commune, le Maire s’en alla exposer à l'évêque du diocèse la demande de ses administrés afin que la paroisse retrouve un guide spirituel. La réponse de l’Evêque fut simple et rapide, à peu prêt dans ces termes: « Il y aura un curé à Quintal lorsque l’église aura une cloche. » En ce temps là, une cloche représentait une petite fortune, de plus il fallait attendre ou faire venir un Maitre Fondeur, plus communément appelé «saintier » , qui se déplaçait de villes en villages dans toute la région et,parfois, même en France. La communauté fut mise à contribution, et chacun apporta ce qu’il pouvait : objets en cuivre, en étain, des pièces de monnaie.Lorsque tous les métaux nécessaires furent rassemblés, l’on fit appel à un Maitre Fondeur, Jean Baptiste PITTON de Carouge Suisse, qui vint au village couler la cloche de l’église de Quintal, et la paroisse eut enfin son curé.
Le maire de la commune de l’époque, Antoine PACCARD, ayant servi d'apprenti à cette occasion, se passionna pour ce métier, et c’est ainsi que débuta l’histoire familiale de renommée mondiale de La Fonderie PACCARD. Au lieu d’être itinérant, comme la majorité des saintiers, il créa son entreprise à Quintal que ses fils Jean-Pierre et Claude transféreront à Annecy le Vieux en 1850. Elle y restera jusqu’en 1989. L’entreprise PACCARD se trouve aujourd’hui à Sevrier où sont réunis Fonderie et Musée. Sept générations de fondeur se sont succédées à la tête de l'entreprise

La Fonderie

La fonderie Paccard, Haute-SavoieElle produit annuellement environ 500 cloches dont la moitié destinées aux édifices religieux et le reste destiné principalement à l’art musical tel que les carillons monumentaux ou encore un concept tout à fait novateur : la SCULPTURE MUSICALE, mariage des cloches et du design architectural.. La production est pour 70% exportée dans le monde entier avec, en tête, les USA et le Japon.
La Fonderie PACCARD a réalisé de nombreuses cloches de grande renommée telles .
La " Savoyarde" - plus grosse cloche de France avec ses 18835 kg qui résonne toujours dans le clocher du Sacré Cœur depuis >1891,
La Jeanne d’ Arc - 16 tonnes. qui finit dans les flammes durant la seconde guerre mondiale, mais donna naissance à une deuxième " Jeanne d' Arc " (de 10 tonnes) (petite anecdote: elle avait comme parrains, Saint Pie X et Raymond POINCARE).
Liberty Bell, produite en 54 exemplaires, 1 pour chaque capitale d’Etat et commandée par le gouvernement américain en 1950.
La plus grosse sonnerie en volée du monde, un ensemble de 6, 10 et 19 tonnes, destinée à la cathédrale de la Transfiguration de Markham près de Toronto, offerte par Monsieur ROMANE.
Un an et demi de travaux furent nécessaires à la réalisation de cette œuvre monumentale.

La Fabrication

Fondeur musée Paccard, Haute-SavoieOn choisit le profil en fonction de la note désirée : plus le diamètre est grand, plus elle aura un son grave, plus il est petit, plus le son sera aigüe.
La fabrication d'une cloche peut prendre de quelques semaines à plusieurs mois pour les plus grosses. Il faut tout d’abord réaliser un moule en trois partie : moule intérieur, représentant le vide à l'intérieur de la cloche; la fausse cloche, moule intermédiaire et réplique de la future cloche, servant uniquement à fabriquer par dessus la chape ou moule extérieur, en argile et filasse de chanvre, portant en creux et à l’envers les inscriptions demandées par le futur propriétaire, ainsi que la marque de fabrique du Maitre Fondeur.
Du soin apporté à ce long travail de préparation dépendra la qualité de la future cloche, coulée en bronze (78 % de cuivre, 22 % d'étain), entre 1000° C et 1200° C.
Une fois la cloche refroidie, elle sera démoulée, puis nettoyée et passera enfin entre les mains de l’accordeur.

Infos & Contact

Les Hôtels en direct

Booking.com
VOUS POURRIEZ AUSSI AIMER